Jeux VidéosTests

Test: Chocobo’s Mystery Dungeon EVERY BUDDY!

Caractéristiques du jeu

  • Catégorie(s) : RPG
  •  Editeur(s) : Square Enix
  • Développeurs(s) : Square Enix
  •  Voix : N/A
  • Sous-Titres : Japonais, Anglais
  • Date de sortie : 20/03/2018
  • Joueur(s) : 1 – 2
  • Taille : 1524,63 Mo
  • Classe d’âge : 7+

Sorti initialement sur Wii sous le nom de Final Fantasy Fables: Chocobo’s Dungeon, Chocobo’s Mystery Dungeon EVERY BUDDY! est un portage apportant son lot de nouveautés et également de différences.

Le jeu commence alors que le Chocobo (sans nom) et Cid pénètrent dans la tour des sables à la recherche d’un trésor. Mais après avoir atteint la salle contenant la pierre désirée, les événements vont les précipiter à la ville de Lostime. À peine arrivés, les héros comprennent que cette petite bourgade semble atteinte d’un mal étrange. Chaque fois que la cloche de l’Oblivion sonne, les personnes qui l’entendent perdent la mémoire.

Durant son aventure, le Chocobo va aider les habitants à retrouver leurs souvenirs, tout en s’impliquant dans une intrigue incluant les cristaux récurrents à l’univers de Final Fantasy, mais également Raffaello, un mystérieux bébé sorti d’un œuf tombé du ciel.

Dans Chocobo’s Mystery Dungeon EVERY BUDDY! vous serez amenés à parcourir de nombreux donjons. Ces derniers se débloquent au fur et à mesure de l’aventure, que ce soit par le biais d’un nouveau lieu accessible depuis Lostime ou encore d’un Memory Dungeon apparaissant sous la forme d’un vortex au-dessus de la tête d’un habitant ayant perdu la mémoire.


Une fois à l’intérieur de l’un des donjons, il vous faudra maîtriser certaines règles pour espérer parvenir au dernier étage. Les actions ennemies se déclenchent en même temps que celles du Chocobo. Mais, pas de panique, vous bénéficiez de tout votre temps pour planifier votre prochaine manoeuvre. Le personnage peut se déplacer dans toutes les directions, lancer des compétences, utiliser des objets et à chacun de ses pas, le Chocobo regagne des points de vie ainsi que des points de mana. En contrepartie, la jauge de faim descendra doucement et si par malheur votre ventre se retrouve vide, votre personnage perdra de la vie plutôt que d’en regagner à chaque pas. Sur le papier, tout semble simple et pourtant, le gameplay s’avère diablement accrocheur et plus complexe qu’il n’y paraît.

Déjà, vous ne serez pas seuls à explorer les couloirs labyrinthiques. Qu’il soit contrôlé par un ami ou par une intelligence artificielle, vous pouvez choisir un compagnon en début de donjon. Si au départ le choix se résume à Cid, les possibilités se multiplient très rapidement en récoltant les buddy points tombant à terre lorsque vous terrassez des monstres. Le bestiaire étant bien fourni, vous aurez l’embarras du choix quant à la sélection de votre acolyte parmi les 144 disponibles au total. De plus, pour vous faciliter la tâche, ces derniers se mettent automatiquement au niveau du Chocobo, de quoi épargner au joueur des heures de level-up!

Vous l’apprendrez très vite, le placement s’avère primordial pour survivre. Parfois, il vaudra mieux donner un coup de patte dans le vide pour attendre que l’ennemi vienne à portée de bec plutôt que de foncer tête baissée dans une antre remplie de monstres. L’utilisation de votre compagnon en tant que bouclier représentera une stratégie, certes sadique, mais efficace.

Autre variante dans le gameplay: le système de job si cher à la série, le Chocobo en a 14 à disposition parmi lesquels jongler (le choix se faisant au début du donjon), chacun représentant une façon différente d’appréhender le jeu. Par exemple, le mage noir se tiendra en retrait pour lancer ses sorts dévastateurs, bien à l’abri derrière son compagnon, tandis que le chevalier foncera dans le tas en comptant sur sa défense élevée. Et pour débloquer de nouvelles compétences pour les jobs, une seule solution: vaincre des ennemis pour récupérer des job points.

Chaque donjon est régi par des règles qui lui sont propres. Si certains s’avèrent classiques et ne demandent que d’atteindre le dernier étage sans pré-requis, d’autres vous imposent un niveau maximum, l’impossibilité de se soigner en marchant, le fait de réaliser le donjon avec un seul point de vie ou des niveaux truffés de pièges…


Que serait un dungeon-rpg sans sa petite “base” ? Ici, la ville de Lostime est le carrefour du jeu dans lequel vous retournerez après chaque donjon pour faire vos emplettes, stocker des objets chez le gros Chocobo, vous adonner à la pêche ou améliorer vos équipements. D’ailleurs, parlons de ces derniers. Votre grand volatile jaune peut s’équiper de griffes, d’une selle et d’un collier. Si le dernier se contente d’offrir divers bonus, les deux premiers peuvent quant à eux être fusionnés pour bénéficier de compétences passives. Le système, loin d’être complexe, a le mérite d’ajouter une touche de personnalisation supplémentaire et on se retrouve très vite à glaner le plus d’équipements possibles dans les donjons pour les fusionner et en tirer le meilleur.

Il est à noter que le titre dispose de deux modes de difficultés. Si le Chocobo succombe en mode normal, il perdra tous les objets et les gils récupérés dans le donjon, mais conserva les éléments équipés sur lui. Par contre, en mode difficile, votre pauvre volatile jaune perdra la totalité de ses possessions, de quoi réfléchir à deux fois avant de se lancer dans un nouvel étage avec 10 points de vie.

Pour finir, on ne pourra que regretter les temps de chargement qui, sans être catastrophiques, sont bien présents, et ce, à chaque étage que vous descendez.

Côté design, Chocobo’s Mystery Dungeon EVERY BUDDY! s’en sort en demi teinte. Coloré, mignon, l’univers du Chocobo fourmille de détails choux et les mimiques du personnage feront fondre même les cœurs de pierre.

Seulement, le titre accuse de son ancienneté lorsqu’il s’agit des textures et de l’animation des humains. Les donjons ont le mérite d’avoir un skin pour ne pas tous se ressembler. Heureusement, le bestiaire bien fourni ravira les fans de la série avec ses tomberrys, flans et bombos. Cerise sur le gâteau, l’OST est une lettre d’amour aux nostalgiques, composées de thèmes bien connus provenant des 11 premiers épisodes.

Si les débuts semblent enfantins, la difficulté sera crescendo et vous serez partis pour une bonne vingtaine d’heures avant de voir la fin de l’aventure. Pour les complétionnistes, le voyage au sein des donjons se prolongera pour débloquer tous les monstres ainsi que pour monter les jobs au niveau maximum. Seulement, on regrettera l’absence du jeu de cartes et des phrases romantiques présents dans le jeu original sur Wii.

Galerie D'images

Chocobo’s Mystery Dungeon EVERY BUDDY! est un jeu à ne pas sous-estimer. Derrière ses airs mignons et enfantins, se cache un gameplay complet et accrocheur, bien plus riche qu’on ne pourrait l’imaginer de prime abord. Les donjons, au cœur du jeu, se négocient de manière technique et les variantes des règles qui les gouvernent offrent de véritables challenges tactiques. De plus, le système de jobs demeure toujours aussi efficace et offre différentes manières d’appréhender chaque exploration. Si cela ne suffit pas, le recrutement de monstres pendant vos pérégrinations vous motivera à retourner dans les étages des différents lieux. Qui n’a jamais rêvé de se promener dans des couloirs avec un ami contrôlant Ifrit, Tomberry ou Malboro et de s’en servir comme bouclier ? Cet ajout multi-joueur représente un atout indéniable au titre. Et pour une petite pause entre deux donjons, la pêche et le jardinage sont de petites activités loin d’être indispensables mais qui conservent un intérêt, compte-tenu des petits bonus qu’ils apportent. En résumé, les amateurs du genre découvriront un très bon titre et passeront un très bon moment avec le Chocobo et ses nouveaux amis, grâce à un gameplay efficace, et ce, malgré l’aspect répétitif récurrent au genre et l’absence regrettable de traduction.

En bref

Notre Note :
3.5/5