Jeux VidéosTests

Test : Giraffe and Annika sur Nintendo Switch

Caractéristiques du jeu

  • Catégorie(s) : Aventure
  • Editeur(s) : NIS America
  • Développeurs(s) : Atelier Minima
  • Voix : N/A
  • Sous-Titres : Anglais
  • Date de sortie : 28/08/2020
  • Joueur(s) : 1
  • Taille : 2287 MB
  • Classe d’âge : 7+

Sorti sur PC en ce début d’année 2020, le titre d’Atelier Minima arrive sur consoles par le biais de NIS America. Le jeu nous promet une aventure assez poétique avec une héroïne toute mignonne dotée d’oreilles de chat… Nous allons donc voir dans ce test de Giraffe et Annika sur Nintendo Switch si le contrat est rempli !

Après une courte introduction sous forme de bande dessinée aux couleurs pastel, le jeu nous met dans la peau d’Annika. Cette dernière se trouve être une “Felycant”, une humaine avec des oreilles et une queue de chat. Elle se réveille sur l’île de Spica totalement amnésique… Après avoir fait le tour de la seule maison à proximité, il est temps de sortir et d’en découvrir un peu plus sur l’environnement. C’est là que Giraffe fait son apparition, et il semble bien connaître la demoiselle ! Il agira d’ailleurs comme un guide tout au long de l’aventure, n’hésitant pas à nous amener en personne jusqu’au prochain objectif. 

Notre héroïne commence avec un panel d’actions à sa disposition plutôt restreint (elle ne peut que se déplacer), chaque fin de niveau lui octroiera une nouvelle capacité : sauter, nager plus longtemps, dash… Cela nous permettra ainsi d’accéder à de nouvelles zones de l’île et ainsi progresser sur la quête de notre mémoire. Contrôler Annika ne présente pas de difficultés particulières et ne demande pas une dextérité de haut vol. En effet, l’île ne regorge pas de dangers hormis la noyade ou la chute d’un point un peu trop élevé. Les seuls ennemis que l’on croisera seront des fantômes et ils restent à leur place dans les donjons. La barre de vie n’est donc que très rarement mise à mal et de très nombreux cristaux sont disséminés sur notre chemin afin de la remplir gratuitement. Idem pour les points de sauvegardes qui ne manqueront pas tout au long de l’aventure.

L’essentiel de notre activité sera donc de trouver comment rejoindre le donjon suivant. Cela passera principalement par le fait de répondre à un besoin d’un des autochtones de “Spica Island” : retrouver des enfants disséminés autour de leur logement, prendre des photos… Ces quêtes ne sont jamais très longues et les indices nombreux (quand ce n’est pas Giraffe qui nous guide directement). Ne vous attendez pas à combattre qui que ce soit, le jeu baignant dans une douce ambiance bon enfant. Les seuls affrontements proposés seront ceux contre les boss. Ceux-ci prennent la forme d’un jeu de rythme où il faut appuyer sur le bouton en rythme avec les indications tout en esquivant les pièges envoyés sur Annika.

Graphiquement, le titre d’Atelier Minima s’en tire plutôt bien en proposant un univers coloré, rempli de verdure, de petits détails et, surtout, empreint de sérénité. En effet, on ne se sent jamais spécialement en danger (peut-être exception faite du donjon de feu avec la lave environnante) ce qui renforce l’ambiance qui émane du jeu. Une mention spéciale pour les cut-scènes réalisées sous forme de BD aux tons pastel. La Switch n’est jamais en peine, même si la distance d’affichage permet de couvrir l’intégralité de l’île. La fluidité est exemplaire et ne viendra pas vous mettre des bâtons dans les roues lors des quelques phases de plateformes. 

Ces dernières seront tout de même source de petites frustrations, car la maniabilité d’Annika est assez rigide, notamment lors des sauts dans le dernier niveau. Néanmoins, je pense que mon “expérience” en tant que joueur m’a quelque peu desservi sur ce point et qu’un débutant pourrait être bien plus à l’aise car n’ayant pas certains réflexes acquis par de (trop ?) nombreuses heures de jeu. Autre bémol avec parfois la sensation que notre personnage flotte au-dessus du sol plutôt que de réellement marcher dessus. 

La bande son colle bien à l’histoire avec des musiques douces la majeure partie du temps et qui savent se faire oublier. Néanmoins, les jeux de rythme contre les boss auraient pu bénéficier de thèmes plus pêchus. Quant aux différents sons ils sont malheureusement un peu trop simples et le titre aurait pu gagner un peu en qualité et en immersion avec quelque chose de plus abouti sur ce point.

A noter que le jeu n’est disponible qu’en anglais pour le moment, c’est dommageable car la cible est clairement un public jeune. Certaines quêtes nécessitent en effet d’avoir un minimum de vocabulaire (même basique) pour être comprises rapidement.

Pour la durée de vie, un joueur expérimenté mettra entre cinq et sept heures avant de voir les crédits de fin. La dizaine d’heures pourra même être atteinte voir dépassée dès lors que l’on essaie de débloquer tous les succès et de trouver tous les dessins bonus et autres morceaux de carte disséminés sur l’île. En effet, ce sont à peu près les seules choses qui nécessiteront de se creuser la tête et, surtout, de fureter un peu partout. Les développeurs arrivent ainsi à amener tout doucement la notion de recherche aux novices. C’est intelligemment fait, avec une difficulté savamment dosée pour ne pas décourager les plus jeunes.

Galerie D'images

Giraffe et Annika arrive à capter notre attention grâce à une introduction et son style graphique très plaisant. De plus, l’histoire touchera forcément les plus sensibles d’entre nous. Le jeu d’Atelier Minima est clairement destiné à un public jeune ou qui n’est pas habitué aux jeux d’aventure. Le level design est très simple et le joueur n’est jamais laissé pour compte avec de nombreux indices pour nous aider à résoudre les différentes énigmes. Seule petite ombre au tableau la maniabilité un peu trop rigide, en particulier lors des sauts.

Ce test de Giraffe et Annika sur Nintendo Switch a été réalisé à partir d’une version offerte par l’éditeur.

En bref

Avantages

  • La charte graphique et en particulier les cut-scènes façon BD. 
  • Une aventure pensée pour les débutants et une première approche des RPG.
  • Un nombre conséquent de succès, dessins et autres secrets à découvrir. 
  • Des jeux de rythme pas si évidents en difficulté maximum.

Défauts

  • La maniabilité des sauts qui dérangera le joueur aguerri.
  • Un level design vraiment trop simple.
  • Beaucoup trop d’indices même pour les débutants.
  • Uniquement en anglais !
Notre Note :
3/5