Jeux VidéosTests

Test : Shadow Corridor sur Nintendo Switch

Caractéristiques du jeu

  • Catégorie(s) : Aventure, RPG, Casse-tête
  • Editeur(s) : NIS America
  • Développeurs(s) : Regista

  • Sous-Titres : Anglais, Japonais, Coréen, Russe, Chinois
  • Date de sortie : 26/10/2021
  • Joueur(s) : 1
  • Taille : 1529,00 MB
  • Classe d’âge : PEGI 12

À seulement quelques jours d’Halloween, il est de bon ton de tester des jeux d’horreur, et la Switch n’a pas été en reste de ce côté-là ce dernier mois. Aujourd’hui, celui qui nous intéresse est Shadow Corridor, le portage d’un titre sorti sur Steam en 2019, un jeu d’exploration mêlant horreur et énigmes dans un style japonais. Vaut-il le coup pour frissonner en cette nuit du 31 octobre ? C’est ce que nous allons voir.


Shadow Corridor n’est pas très riche en scénario, on a droit à quelques vagues flashbacks qui semblent nous orienter vers un genre de malédiction à la japonaise, avec un fantôme féminin qui n’arrive pas à rejoindre l’au-delà, rien de bien nouveau. Notre héros nous explique au tout début du jeu qu’il aimait se promener dans les ruelles sombres étant petit (y’en a qui cherchent les problèmes, on va pas se mentir), et qu’une de ces ruelles vient de l’attirer, par une force étrange. C’est ainsi qu’on se retrouve dans des ruelles, puis de longs couloirs, où il va falloir récupérer des objets pour échapper à une force malveillante…

Ceux qui ont déjà joué à la licence Project Zero retrouveront un peu le sel de ce qui l’a rendue célèbre dans Shadow Corridor. On explore différentes cartes dans une ambiance glauque et japonaise, on ramasse des objets pour progresser dans notre aventure, et des screamers intempestifs viennent faire battre notre cœur un peu plus vite un bref instant. Plus on avance, plus les dangers sont présents, et plus on meurt facilement attaqué par un fantôme.

Même si Shadow Corridor présente parfois un potentiel dans des séquences de tension assez effrayantes, le reste du titre est relativement morne et lent. Notre personnage peut courir, mais pendant un très court instant, et à la vitesse d’une personne asthmatique visiblement. Ainsi, même dans les moments qui se veulent terrifiants, on est plus frustré par la lenteur de notre héros qu’effrayé par l’atmosphère ambiante. On peut toujours se cacher lorsqu’on est attaqué par un fantôme, pour attendre qu’il nous passe devant et fuir derrière son dos, mais il se déplace tellement plus vite que nous qu’on se fait vite rattraper. Cela fait peur les premières fois, puis gâche totalement l’expérience de jeu par la suite.

Le titre nous force donc à ramasser des objets pour avancer (des clés, des lampes torches, des pétards…), mais les contrôles sur Switch sont trop rigides, et il est assez peu intuitif de passer d’un objet à l’autre, ce qui là encore rend l’expérience peu plaisante. En ce qui concerne les checkpoints, ils sont répartis assez inégalement, mais le jeu nous permet de sauvegarder à d’autres endroits en usant d’objets. Cependant, si on oublie de le faire, et que l’on quitte le jeu par exemple, on peut perdre une grosse partie de notre avancée, ce qui est très décourageant.

Enfin, Shadow Corridor ne brille pas par sa beauté artistique. Pour un titre sorti en 2019, c’est réellement décevant, bien que les idées soient bonnes et que l’ambiance japonaise soit bien retranscrite. En dehors de cela, on a l’impression que le titre pourrait tourner sur Wii sans problème, ce qui ne s’accorde pas bien à la nouvelle console de Nintendo, car cela peut encore passer en mode portable, mais pas sur la télé. Néanmoins, le sound design est lui très réussi : le jeu use des silences et des bruits intempestifs pour créer la tension, et certaines idées, comme les battements du cœur de notre personnage qui s’accélèrent avec la présence des fantômes, jouent un rôle très important pour susciter la peur.


Pour un petit jeu d’horreur, Shadow Corridor n’est pas raté sur toute la ligne, mais ce n’est clairement pas un bon titre. Il présente quelques avantages, comme une ambiance japonaise assez effrayante et des idées de sound design qui participent bien à l’horreur, mais tout le reste (gameplay, graphismes, contrôles…) créent de la frustration au lieu de la peur. Finalement, on passe plus de temps à s’énerver d’une mécanique branlante plutôt qu’à sursauter d’un jumpscare, ce qui n’est pas très bon signe. L’idée partait d’un bon sentiment, mais elle s’arrêtera là.

Ce test de Shadow Corridor sur Nintendo Switch a été réalisé à partir d’une version offerte par l’éditeur.


EN BREF

Les +

  • Un sound design réussi
  • Une ambiance japonaise et effrayante convaincante

Les –

  • Des graphismes peu travaillés
  • Un scénario plat
  • Des mécaniques souvent frustrantes
  • Des contrôles peu adaptés à la Switch

Galerie d’images

Summary
Review Date
Reviewed Item
Shadow Corridor
Author Rating
31star1star1stargraygray
Software Name
Shadow Corridor
Software Name
Nintendo Switch
Software Category
Video Games