Jeux VidéosTests

Test : Vagante sur Switch

Caractéristiques du jeu

  • Catégorie(s) : Action, Aventure, Plateformes, RPG
  • Editeur(s) : Blitworks
  • Développeurs(s) : Nuke Nine
  • Sous-Titres : Anglais
  • Date de sortie : 27/01/2022
  • Joueur(s) : 1-4
  • Classe d’âge : PEGI 16

Vous êtes à bord d’une caravane, roulant vers le fin fond d’une forêt. À vos côtés, d’autres âmes aventurières en quête de gloire, de richesse et pouvoir. Là vers où vous vous dirigez, se trouve une caverne renfermant un trésor inimaginable. Du moins, c’est ce que les gens disent car personne n’en est revenu vivant pour en témoigner. Mais vous vous imaginez être différent. Vous ferez la différence et reviendrez avec les honneurs. Oh, comme vous allez regretter cette assurance. Car dans Vagante sur Switch, vous ne risquez pas de ressortir de la caverne indemne.


Dans Vagante, vous démarrez vos runs en choisissant une classe, une apparence ainsi qu’un background. Les backgrounds se débloquent en augmentant le niveau global, c’est-à-dire, en jouant beaucoup. Ces derniers se manifestent sous la forme de bonus de statistiques ou autre compétence passive qui peut faire la différence dans une run. Débuter la run avec un point de compétence à attribuer, améliorer le soin aux feux de camp, autant de bonus qui peuvent faire la différence. Ainsi, plus vous jouerez à Vagante, plus vous débloquerez de possibilités, allant des background aux classes de personnage.

Ces classes, loin d’être juste une décoration, offrent un arbre de compétence relativement simple, mais suffisant pour différencier les personnages et ainsi privilégier votre gameplay préféré. Le voleur peut par exemple se spécialiser en dague ou à l’arc, tandis que le sauvage est expert en corps à corps et en assauts rapides. Vous disposez de trois classes de départ et en débloquerez deux, un total quelque peu maigre mais tout de même suffisant pour varier un petit peu les runs.

Après avoir sélectionné votre personnage, vous pouvez enfin vous enfoncer dans la caverne. À chaque fois, vous parcourez une succession de biomes fixes dont les niveaux sont générés de manière procédurale. Chaque biome compte trois niveaux au bout desquels vous devez trouver une porte. L’aspect le plus frappant du titre reste sa difficulté, notamment lors des premières runs. C’est durant ces instants que vous découvrez les dangers de la caverne, peu éclairée, habitée par des de nombreux ennemis et surtout truffée de pièges ! L’apprentissage des différentes mécaniques se fait dans la douleur, mais une fois habitués, vous remarquerez bien plus facilement les dangers qui vous entourent.

Comme nous étions naïf en faisant nos premiers pas dans le premier niveau en nous disant que ça ne pouvait pas être aussi difficile que ça, pour mourir une seconde (littéralement) après le départ, écrasé sous un rocher. Le jeu apprend les bases des mouvements dans un tutoriel, mais par la suite, l’expérimentation prime.

Sur votre chemin, de nombreux autels se dresseront sans explication. À vous d’interagir avec, de jeter un objet au hasard dedans pour voir son effet, ou alors regarder sur internet pour découvrir que ramener la petite fée au feu de camp permet de se soigner de cinq points de vie supplémentaires. Ce feu de camp intercalé entre chaque étage est l’occasion de se soigner d’une part, mais surtout de gagner des niveaux, essentiels pour assigner des points de compétence dans votre petit build. Enfin, il est possible de sauvegarder la progression momentanément pour la reprendre plus tard. Il existe de nombreuses autres interactions à découvrir volontairement ou non lors des différentes runs, offrant un titre à la richesse insoupçonnée. Mention spéciale au marchand dont on peut vider la boutique après l’avoir sauvagement assassiné dans des piques…

Pour ce qui est du confort de jeu par contre, nous avons opter pour le zoom quasi maximal, l’écran étant trop dézoomé de base, surtout sur un grand téléviseur. La visibilité est la clé pour pouvoir anticiper les pièges. Malgré tout, vous commencerez toutes vos runs par la caverne qui offre le moins de visibilité, et cela ne s’arrange pas forcément avec les biomes suivants.

Côté design, le pixel art n’est pas hideux mais ne reste pas inoubliable non plus. Par contre, le bestiaire est varié, proposant des ennemis et des boss à chaque étage. Même constat pour l’enrobage musical qui demeure sympathique, notamment sur certaines pistes secondaires qui se débloquent.


Vagante est un rogue-lite qui propose un gameplay riche en expérimentation. La difficulté corsée demandera de la concentration. Mais une fois dedans, comme tout bon jeu du genre, on recommence sans arrêt les parties. Cependant, nous avons regretté qu’il y ait si peu de classes jouables pour varier les plaisirs lors des différentes runs. Et finalement, il n’y a pas de vraie mécanique qui le fait sortir du lot dans la jungle de rogue-lite présents sur la Nintendo Switch

Ce test de Vagante sur Nintendo Switch a été réalisé à partir d’une version offerte par l’éditeur.


EN BREF

Les +

  • De nombreuses mécaniques qui offrent une belle richesse…
  • Un sentiment de progression grâce au niveau global
  • Des builds divers à expérimenter
  • Le bestiaire varié

Les –

  • Mais peu d’explications sur leurs fonctionnements
  • Peu de classes jouables
  • Globalement trop sombre

Galerie d’images

Summary
Review Date
Reviewed Item
Vagante
Author Rating
41star1star1star1stargray
Software Name
Vagante
Software Name
Nintendo Switch
Software Category
Video Games