Jeux VidéosTests

Test : Windjammers

Caractéristiques du jeu

  • Catégorie(s) : Arcade, Sport, Combat
  •  Editeur(s) : DotEmu
  • Développeurs(s) : Data East
  •  Voix : N/A
  • Sous-Titres : Anglais, Espagnol, Français, Allemand, Italien
  • Date de sortie : 23/10/2018
  • Joueur(s) : 1 – 2
  • Taille : 68 Mo
  • Classe d’âge : 3+

Les années 90 ont indéniablement été l’âge d’or des jeux d’arcades, autant dans les salles que chez soi grâce à l’apparition de la Neo-Geo, console qui permettait enfin d’avoir accès à un catalogue de titres conséquent directement depuis son salon (pour les plus riches néanmoins, à cause de son prix horriblement élevé). Grâce à elle, un plus ou moins grand public a ainsi pu découvrir des centaines de jeux, certains très mauvais et ils sont vite tombés dans l’oubli, mais d’autres ont pu acquérir une notoriété conséquente qui n’a fait que s’accroître avec le temps, c’est le cas de celui qui nous intéresse aujourd’hui, Windjammers.

Une des catégories les plus prisées à l’époque était les jeux de versus fighting, avec en tête de file le fameux King of Fighter, parce que quoi de mieux que d’affronter un pote, que ce soit sur une borne ou chez soi ? SNK surfait donc sur la vague pour produire des jeux destinés au 1 contre 1, conscient de l’engouement qui se créait autour d’eux, mais le studio ne développait alors que des jeux de combat, pas des jeux de sport comme Windjammers, qui a en réalité été développé par le studio Data East avant d’être édité par SNK. Le jeu sort ainsi en 1994 simultanément sur borne et console, et il rencontre un succès non négligeable pour un jeu mêlant un véritable sport et les codes du versus fighting. Mais son histoire ne va pas s’arrêter là : pendant plus de 20 ans, une véritable communauté va rester soudée et se développer autour du jeu, favorisée par l’avènement d’internet et de l’émulation, des tournois mondiaux vont ainsi être créés, tournois qui perdurent encore aujourd’hui, et tout comme peut encore l’être Street Fighter 2, Windjammers reste un pilier pour les puristes qui n’ont jamais lâché leur joystick et leur frisbee.

On peut ainsi mieux comprendre pourquoi le développeur DotEmu, qui se spécialise dans la réédition de jeux cultes, a jugé bon de faire renaître Windjammers sur les consoles modernes, le pari n’était pas risqué, puisque la qualité du jeu n’est plus à prouver, mais encore faut-il que le portage soit réussi, et c’est ce que nous allons voir. Alors on prend son frisbee et on file sur le terrain !

Windjammers sur Nintendo Switch nous propose différents modes de jeu, en solo ou à plusieurs : le mode arcade, où il faut enchaîner des matchs classiques pour être champion, ou tenir le plus longtemps possible si on préfère le mode infini, le mode mini-jeux, au nombre de deux, plutôt anecdotiques mais néanmoins sympathiques, l’un nous proposant de contrôler un toutou et de rattraper un frisbee que l’on a lancé, l’autre étant un jeu de bowling où le frisbee fait office de balle (pourquoi pas ?), et enfin les modes versus, en local, avec plusieurs consoles ou bien en ligne. Le mode qui va réellement nous intéresser ici est l’arcade, c’est le coeur du jeu et ce pourquoi Windjammers est resté dans les mémoires jusqu’à aujourd’hui. Le plus important et le plus marquant quand on lance une partie, c’est le gameplay : basique, simple même si vous n’avez pas les bases, mais un vrai challenge à maîtriser de fond en comble. Ici, on va faire appel à seulement 5 boutons : le joystick sert à se déplacer ou à mettre de l’effet dans son tir quand on a le frisbee en main, les boutons A et Y permettent de faire des glissades pour aller plus vite sur le terrain, ou bien à lancer le frisbee, et X et B servent à faire des lobs. C’est facile à retenir n’est-ce pas ? Alors pourquoi ai-je dit que le gameplay est-il si complexe au final ? Car tout est question de timing ! En fonction de quand on arrive à réceptionner le frisbee et quand on appuie sur un bouton, le tir va avoir des effets différents, de la simple passe à un coup extrêmement chargé et violent qui poussera votre adversaire dans ses retranchements.

En définitive, le but reste de lancer le frisbee derrière votre adversaire sans qu’il le rattrape, en visant deux zones différentes, rapportant un nombre différent de points, et la partie est gagnée lorsque l’un des joueurs atteint un score de 12 ou que le temps imparti est écoulé, c’est alors le joueur qui a le plus de points qui l’emporte. En résumé, il est très facile de comprendre le fonctionnement de Windjammers, mais il va falloir enchaîner les parties pour s’habituer réellement aux timings et aux divers coups que l’on peut réaliser, sous peine de se faire atomiser en s’essayant au jeu en ligne, où l’on ressent bien que certains joueurs ont plus de 20 ans de pratique…

Bienvenue en 1994 ! DotEmu a fait l’effort de porter Windjammers sur notre console favorite sans toucher à un seul pixel de sa direction artistique, tout est là : les mouvements des personnages et des actions, leurs animations ainsi que la bande son, l’ambiance de cette époque n’a pas bougée et, il faut bien le reconnaître, n’a pas trop pris de rides. C’est toujours un plaisir de redécouvrir des chefs d’oeuvre comme celui là, et nul besoin de refonte quand la perfection était déjà atteinte, la Neo-Geo était célèbre pour ses couleurs vives et ses animations rythmées, qui restent belles aujourd’hui.

Les paramètres nous permettent de choisir entre un affichage 4:3 ou 16:9, moyennant un étirement de l’image, à chacun de voir sa préférence. Enfin, il nous est aussi possible d’afficher des bandes comme sur les vieilles télé cathodiques, ou bien d’avoir une image sans filtre et claire, tout est donc axé pour que les nostalgiques comme les néophytes puissent y trouver leur compte !

DotEmu a fait un très bon travail sur ce portage, le gameplay n’a pas été écorché et l’ajout d’un mode multi en ligne est un immense plus, tout est réussi avec brio ! Prévoyez des heures et des heures de jeu entre amis, le titre reste très accrocheur et addictif encore 20 ans après sa sortie, et son utilisation de la Switch est parfaite. Certes, l’ajout d’un mode mini-jeux est anecdotique, mais il n’en est pas moins amusant, et peut réduire un peu le stress entre deux parties au sommet.

Comme il vous faudra enchaîner les tournois pour parfaire votre niveau, des heures de jeu vous sont d’ores et déjà garanties, avant même de pouvoir penser à vous essayer au multi en ligne !

Galerie D'images

Le portage de Windjammers sur Nintendo Switch est une véritable réussite. Le jeu reste toujours aussi amusant, et ce rafraîchissement lui assure de nouveau une longévité encore plus crédible. Que ce soit seul, à deux ou en ligne avec des inconnus, les adeptes du versus fighting adoreront découvrir ou redécouvrir ce titre mythique. Les années 90 nous paraissent déjà loin aujourd’hui, mais ce genre d’initiative ravive leur flamme et notre nostalgie, et qui somme nous pour pouvoir nous en plaindre ?

En bref

Notre Note :
4/5